Lundi, 28 Août, 2017 - 14:34

Maude Massicotte est une jeune femme de 25 ans très occupée. Siégeant à trois conseils d’administration, dont celui de Def Phys Sans Limite, un organisme qu’elle a cofondé en 2015, elle trouve tout de même le temps de s’impliquer socialement. Maude est l’une des 19 ambassadrices du projet #Jeunesse375MTL, une initiative de la ville de Montréal dans le cadre des festivités du 375e de la métropole. Elle y représente l’arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve.

Ce projet est chapeauté par le Forum jeunesse de l’île de Montréal et de Concertation Montréal et s’inscrit dans la Stratégie jeunesse montréalaise 2013-2017. Il a pour but de rassembler les jeunes montréalais pour connaitre leurs visions et leurs aspirations pour la métropole.

Le Sommet jeunesse a eu lieu les 6 et 7 mai dans le cadre du projet #Jeunesse375MTL. Plus de 400 jeunes se sont rassemblés pour discuter de divers enjeux concernant la ville de Montréal et ont travaillé pour déterminer 25 rêves à réaliser sur 25 ans, soit pour le 400e de la métropole. Grâce à des consultations publiques et des billets internet, les jeunes de chaque arrondissement ont pu s’exprimer sur les différents enjeux.

Lors du Sommet, un des groupes, réunissant plusieurs jeunes en situation de handicap, s’est penché sur la question de l’accessibilité universelle pour ensuite élaborer un plan d’action à être présenté aux élus de la ville.

Lors des premières rencontres, Maude dit avoir été agréablement surprise que les jeunes aient soulevé que l’accessibilité universelle n’était pas assez présente à la ville de Montréal. Elle note qu’ils sont déjà sensibilisés aux enjeux de l’accessibilité, et réitère que le problème n’est pas spécifique à un seul groupe, mais affecte tout le monde : « Pensez aux parents avec des poussettes, les femmes enceintes, les personnes âgées. L’accessibilité c’est pour tous. »

L’accessibilité universelle se doit d’être présente dans les communications, les emplois, le transport, l’architecture et bien d’autres facettes de notre société. Il ne suffit pas d’implanter des solutions temporaires : « Il ne faut pas juste mettre des rampes partout, il faut monter d’une coche ». Maude suggère de commencer par sensibiliser le milieu du service à la clientèle de la ville en donnant des formations, notamment aux fonctionnaires et aux personnes qui travaillent dans les mairies afin qu’ils puissent répondre aux besoins des personnes en situation de handicap.

Un des gros défis que Maude a dû relever comme ambassadrice est l’oeil des médias. « Cela a été un combat de changer leur perception ». Maude, atteinte de la paralysie cérébrale depuis sa naissance, dit vouloir s’impliquer pour changer la vision de la société, non seulement pour représenter les personnes en situation de handicap, mais pour tous les jeunes : « J’ai un atout. Oui je peux représenter les personnes en situation de handicap, mais je ne suis pas là pour ça. Je suis là pour représenter les jeunes de mon arrondissement. »

 

Des projets plein la tête

Maude utilise sporadiquement un espace de bureau chez AlterGo, dans le cadre d’un programme de ‘squat’ mis de l’avant pour soutenir et échanger avec divers organismes qui œuvrent dans le même milieu. C’est là, notamment, qu’elle développe Def Phys Sans Limite qui vise à aider les personnes ayant une limitation fonctionnelle qui en sont membres à organiser des sorties adaptées à leurs besoins. « C’est très apprécié d’avoir une place comme ça, avec une belle ambiance pour travailler. »

Dans un futur rapproché, Maude aimerait que son organisme prenne de l’expansion auprès des jeunes en situation de handicap qui sont isolés. Elle souhaite aussi que le projet de maison partagée, auquel elle consacre beaucoup d’énergie avec l’Association Simon de Cyrène du Québec, voie le jour.

Coup de chapeau aux jeunes comme Maude qui, par leurs efforts et leur engagement, contribuent à faire de Montréal une ville plus inclusive. Le rapport de #Jeunesse375MTL, qui inclut des propositions concernant l’accessibilité universelle, sera déposé à l’Assemblée nationale du Québec en septembre, est disponible pour consultation.