Lundi, 25 Septembre, 2017 - 11:34

Le mois d’octobre 2017 marque la 6e édition du Mois de l’Accessibilité universelle (AU) dans les bibliothèques de Montréal. Depuis sa création, l’événement a permis de considérablement augmenter la participation des personnes ayant une limitation fonctionnelle aux activités présentées dans les bibliothèques des différents arrondissements. « Aujourd’hui, nous sommes prêts à recevoir l’ensemble de la population montréalaise ayant une limitation fonctionnelle dans le réseau des bibliothèques de Montréal. Si nous en sommes là, c’est en grande partie grâce à cet événement tenu chaque mois d’octobre depuis 2012 », déclare Delphine Guibourgé, de la Direction des bibliothèques à la Ville de Montréal. Selon elle, les bibliothèques ont fait un gros travail pour rendre leurs services accessibles tout au long de l’année. « Nous sommes maintenant souvent cités en exemple par d’autres secteurs de la Ville de Montréal. »
 

Desservir l’ensemble des citoyens
Les municipalités ont la responsabilité de s’assurer que les services qu’elles offrent sont accessibles pour toute la population. Selon Monique Lefebvre, directrice générale d’AlterGo, le Mois de l’AU dans les bibliothèques est une initiative qui permet à Montréal de se distinguer. « La ville rend possible l’inclusion culturelle des personnes handicapées en leur permettant d’accéder au savoir, aux livres et à la beauté architecturale souvent exceptionnelle des bibliothèques ». Montréal assume ainsi pleinement son rôle de desservir l’ensemble des citoyens en faisant les efforts nécessaires pour faire changer les pratiques.

Le mois de l’AU dans les bibliothèques est une occasion de réfléchir aux gestes qui peuvent être posés pour favoriser l’inclusion sociale et la participation citoyenne des personnes ayant une limitation fonctionnelle. Cette initiative pourrait être une source d’inspiration afin d’aller encore plus loin. « Si l’on regarde ce qui se fait ailleurs, par exemple la ville de Grenoble, en France, organise depuis 2009 un Mois de l’Accessibilité en ville. Et aujourd’hui Grenoble serait la première ville accessible d’Europe. Ce mois d’octobre, à la veille des élections municipales, est un bon moment pour se demander ce que nous voulons pour Montréal », déclare Madame Lefebvre.
 

Miser sur la formation pour favoriser l’inclusion
Selon Madame Guibourgé, le Mois de l’AU dans les bibliothèques a des retombées très positives pour la population. « De plus en plus de personnes ayant une limitation fonctionnelle participent aux activités offertes et utilisent nos services. Un des axes principaux de notre démarche est la formation du personnel. Tous les employés ont désormais accès à différentes formations, que ce soit sur l’accueil ou l’accompagnement en loisir des personnes ayant une limitation fonctionnelle », explique-t-elle.

Madame Vanessa-Anne Paré, Coordonnatrice de programme chez ALPHA (Association d'entraide des personnes handicapées physiques de Montréal) reconnaît que les bibliothèques sont parmi les lieux publics les plus sensibilisés à l’accessibilité universelle. « On sent vraiment qu’il y a un souci de bien accueillir les gens ayant une limitation fonctionnelle et une volonté de répondre à leurs besoins. C’est la base, mais c’est essentiel. À partir de là, tout le reste peut suivre. »

Madame Paré siège au comité conjoint accessibilité universelle des bibliothèques de Montréal depuis deux ans. « J’étais sceptique au début, je ne pensais pas que nos membres pourraient avoir un intérêt dans des activités en lien avec la lecture. Aujourd’hui, j’ai complètement changé d’avis. » De sa participation au comité ont découlé de nouvelles offres de services de la part de l’organisme. « Nous avons entre autres développé un jumelage avec la bibliothèque de l’arrondissement. Nous travaillons même à développer un atelier de littérature et nos membres manifestent de plus en plus d’intérêt et d’ouverture. »


Une vitrine sur l’accessibilité
Notons, parmi les services accessibles proposés dans les bibliothèques, le biblio-courrier, les livres audios ou en gros caractères, les jeux de société adaptés, la présence d’un bibliothécaire ayant une déficience auditive dans l’une des bibliothèques ou encore le « fab lab » (initiation à la création numérique). « Il y a une réelle offre de services et une motivation de la part des employés du réseau », indique Delphine Guibourgé. « Notre défi, maintenant, est de faire connaitre l’existence de cette offre! »

Le Mois de l’AU dans les bibliothèques est également une vitrine pour plusieurs organismes qui offrent des programmes et services adaptés aux besoins des personnes ayant une limitation fonctionnelle. En effet, tout au cours du mois d’octobre, les usagers des bibliothèques de Montréal peuvent participer à différentes activités animées par ces organismes. « AlterGo est fier de constater que plusieurs organismes membres participent activement au Mois de l’AU et présentent à la population de Montréal leurs talents et réalisations. »

Cliquer ici pour connaitre la programmation de la 6e édition du mois de l’accessibilité universelle dans les bibliothèques de Montréal.


À propos du Mois de l’accessibilité universelle dans les bibliothèques de Montréal
Le Mois de l'accessibilité universelle est particulièrement consacré à faire connaître l'étendue de l'offre des Bibliothèques de Montréal et à sensibiliser la population montréalaise aux enjeux de l'accessibilité universelle, alors que les services et les collections adaptés sont offerts à longueur d'année aux personnes ayant une limitation fonctionnelle.

Lancé en 2012, le Mois de l'accessibilité universelle dans les Bibliothèques de Montréal est une collaboration entre la direction des bibliothèques de la Ville de Montréal, AlterGo et ses membres.