Jeudi, 19 Octobre, 2017 - 13:34

Le portrait des Signes vitaux publié, tous les deux ans, par la Fondation du Grand Montréal, a été lancé le 3 octobre dernier dans le cadre d’un diner de la Chambre de commerce du Montréal-Métropolitain. Ce rapport mesure la vitalité des villes, identifie les grandes tendances et évalue à l’aide d’indicateurs un éventail de secteurs déterminants de la qualité de vie.

« La Fondation présente une édition spéciale des Signes vitaux à la mesure de 2017, année des célébrations du 375e anniversaire de Montréal et du 150e du Canada. La décision a été prise de consacrer ce document au thème des enfants qui représentent l’avenir de notre communauté », précise le président-directeur-général de la Fondation, Monsieur Yvan Gauthier, sur le site web de l’organisation.

Pour AlterGo, cette publication démontre que les activités de représentation sont porteuses de changement. « En 2015, lors du lancement de la publication, j’ai constaté l’absence des personnes handicapées dans le portrait de la région. Comme le document des Signes vitaux est une référence pour les fondations et les entreprises qui veulent donner un soutien financier aux organisations, il était primordial pour AlterGo d’entrer en contact avec la direction de la Fondation pour envisager un partenariat. Après quelques discussions, nous avons partagé l’objectif commun de réaliser une publication inclusive qui tiendrait compte des personnes handicapées », explique la directrice générale d’AlterGo, Monique Lefebvre.

L’Office des personnes handicapées du Québec a également collaboré à la publication en mettant à la disponibilité de la Fondation le personnel spécialisé et les statistiques au sujet des enfants handicapés et leurs familles. « Au cours du processus, nous avons pris conscience du peu de données probantes au sujet des enfants de moins de 15 ans au Canada. Ce manque d’information rend invisibles les enfants handicapés. Il faut aussi que cette situation change », ajoute Monique Lefebvre.

Les jeunes du Centre François-Michelle, école spécialisée pour les jeunes ayant une déficience intellectuelle, participent au projet des conversations sur les Signes vitaux. Ils composent un des six groupes d’enfants provenant de différents quartiers ou vivant des conditions particulières qui prennent la parole pour parler de leur ville.

La Fondation organise un forum intitulé « Pourquoi est-il important d’écouter la voix des enfants ? » le 20 novembre prochain au Musée des Beaux-Arts de Montréal, de 10 h à 16 h 30. Pour en connaître davantage sur la Fondation et les signes vitaux, cliquer ici