Jeudi, 19 Avril, 2018 - 09:56

Les 22 et 23 mars dernier, Guylaine Cataford et Monique Lefebvre, respectivement vice-présidente et directrice générale d’AlterGo, ont visité la Fondation John Bost à La Force, près de Bordeaux. Cette visite se déroulait en marge du Colloque « Les Chemins de l’inclusion ». Il y a 2 ans, lors d’un voyage d’études organisé pour sensibiliser les membres de leur personnel aux pratiques d’inclusion sociale appliquées dans divers pays, la Fondation a visité AlterGo, dont elle a apprécié la vision. Forte de son expérience, elle a décidé d’inviter AlterGo à faire deux présentations dans le cadre du colloque.

C’est dans ce contexte que Mesdames Cataford et Lefebvre ont présenté le schéma de transformation sociale, qui sert maintenant de toile de fond aux actions de l’organisation ainsi que le Défi sportif AlterGo. Outre le partage de leur expérience et de l’approche d’AlterGo à l’égard de l’inclusion sociale, « cette présentation a permis d’évaluer les forces et les faiblesses du schéma de transformation sociale dont s’est récemment doté AlterGo», a déclaré Madame Lefebvre.

L’innovation sociale au cœur des préoccupations

Avec pour ambition de permettre aux accompagnateurs des personnes ayant une limitation fonctionnelle d’évaluer la pertinence de leurs pratiques pour favoriser leur autonomie, le colloque a accordé une place de choix à l’innovation sociale. « La notion qui consiste à sortir de son milieu et échanger des perspectives est très importante. C’est gratifiant de voir un partenaire investir dans son personnel pour qu’il puisse améliorer ses pratiques d’inclusion sociale », précise la directrice générale d’AlterGo.

« Les deux axes de l’inclusion sont l’accès accompagné au droit commun et la réciprocité de la relation entre la personne en situation de handicap et la société », souligne M. Christian Galtier, directeur général de la Fondation John Bost.  Pour lui, favoriser la réciprocité est sans aucun doute l’un des piliers essentiels de l’inclusion sociale.

Ce colloque a permis de comprendre les différences qu’il existe d’un pays à l’autre en termes de pratiques favorisant l’accessibilité universelle, mais aussi de cerner l’importance d’avoir un objectif commun. « La Fondation John Bost est un organisme avec un bagage historique et unique, aux pratiques différentes des nôtres, mais qui a une finalité commune : la réciprocité entre les personnes handicapées et la société », témoigne la vice-présidente d’AlterGo.

Des installations universellement accessibles

En marge de leur présentation, Mesdames Cataford et Lefebvre ont eu l’opportunité de visiter quelques installations de la Fondation, notamment le très particulier Restaurant Thérapeutique. En fait, tous les membres du personnel du restaurant ont une limitation fonctionnelle. Cette structure s’inscrit dans le projet de la Fondation d’initier les personnes qui y demeurent au travail. « C’est une initiative capitale de mettre de l’avant le potentiel de ces personnes. C’était captivant de voir leur ardeur au travail et leur fierté », remarque Monique Lefebvre. « Cela est très motivant et laisse présager un avenir participatif et actif de toutes parts », ajoute, Guylaine Cataford.

À propos de la Fondation John Bost

Créée en 1848 par le pasteur John Bost, la Fondation est une institution sanitaire et médico-sociale protestante à but non lucratif. Elle accueille et soigne des personnes (enfants, adolescents, adultes et seniors) souffrant de troubles psychiques et de handicap physique et/ou intellectuel, ainsi que des personnes âgées dépendantes, dont l’état nécessite une vie sociale adaptée. Elle dispose d’environ 1 500 places d’hébergement, réparties dans 34 établissements ou services sanitaires et médico-sociaux. À présent développée dans 4 régions de France (Nouvelle-Aquitaine, Occitanie, Ile-de-France, Normandie), la Fondation est implantée historiquement dans la vallée de la Dordogne en Aquitaine.